"Café Philo " des AVF le dernier jeudi du mois ! Un écrivain, ancien détective privé , nous parle ... Et un Capitaine de Corvette!

Le jeudi 26 mars , c'est notre ami François Million-Rousseau , Capitaine de Corvette , qui a animé avec brio notre traditionnel café-philo chez Joss . Le sujet là aussi s'est révélé absolument PASSIONNANT . Plein d'énergie et de prestance, François a évoqué durant deux heures la "Piraterie maritime" et "L'immigration clandestine" . Nous avons bu ses paroles , et il nous a entraînés dans son univers ! Quelle chance ont ses élèves de l'avoir . Le public très nombreux a été conquis ! Merci , François , la Marine doit être fière de toi , comme nous le sommes !

Lucette et Joss sont attentives !!!

QUELLE PASSION !!!

PHILIPPE EST TOUJOURS AUSSI SEDUISANT !

JE SUIS SUBJUGUEE !

AUTRE CAFE-PHILO ...

Jean-Félix Fayolle nous tient en haleine pendant près de deux heures  . Comment éviter les "arnaques" téléphoniques , se protéger ... Questions et réponses se succèdent ! Le public très nombreux est particulièrement attentif ...

 

 

 

Félix Fayolle : le privé aux 14 000 dossiers est devenu écrivain

Félix Fayolle est né en 1937 dans le Dauphiné, à côté de Voiron. Son enfance ne fut pas des plus heureuses. Son père, professeur de gymnastique au Bataillon de Joinville disparu à la suite de blessures de guerre, le jeune Félix, pupille de la Nation est confié par sa mère, sage-femme, à l'orphelinat.

« C'est sûrement là qu'est née ma vocation, explique Félix Fayolle. Car lorsqu'on est à l'orphelinat, les questions que l'on se pose sont celles de l'absence des parents, de ses origines. D'où vient-on ? Pourquoi a-t-on été abandonné ? Cela m'a donné vraiment envie d'aider les autres. »

Conférences et débats avant une nouvelle carrière

À 18 ans, il réside à Annemasse puis à Genève. C'est là qu'il imagine son avenir : il sera détective privé. Il effectue sa formation au sein du cabinet Paul Rochat, l'un des plus importants de l'époque. Félix Fayolle exercera cette profession pendant quelque 44 ans en Rhône-Alpes avant de goûter une retraite bien méritée à Golfe-Juan où il réside maintenant définitivement depuis plusieurs années après y être venu en vacances pendant 34 ans.

Spécialisé dans les recherches de personnes disparues, les affaires de malversations et d'escroqueries, il résoudra dans sa carrière quelque 14 000 affaires dont certaines fort délicates. Ses qualités principales ? La passion, l'altruisme, la persévérance et l'honnêteté dans le respect de la victime.

« Après avoir quitté la vie active, je cherchais une activité qui me permettrait encore une fois d'être utile. »

Il donne alors des conférences et anime des débats notamment pour le CCAS de Vallauris Golfe-Juan.

Mais rapidement, Félix Fayolle va donner libre cours à une autre passion : l'écriture.

« Pendant que j'étais en activité il m'arrivait d'écrire des poèmes et j'ai toujours aimé rédiger. »

Il franchit donc le pas, cherche dans ses dossiers les affaires les plus intéressantes, obtient l'accord des victimes pour les transposer au livre. Ainsi naissent des récits qu'il couche d'un seul jet sur la feuille blanche d'un style spontané et descriptif avec un rare souci du détail.

Ces histoires sont toutes authentiques

Trois livres naîtront ainsi enchaînant plusieurs histoires à la façon d'épisodes successifs dont le dernier, « L'énigme de la Nationale 7 », vient de paraître chez la Compagnie littéraire.

« Ces histoires sont toutes authentiques, précise l'auteur. Elles témoignent de la difficulté et des réalités de ce métier de détective privé qui fut le mien ».

Dès le début, le succès est au rendez-vous : « J'ai voulu écrire ces histoires sans aucune prétention, indique-t-il, un peu comme des romans policiers basés sur des histoires vécues toutes aussi palpitantes les unes que les autres. Et j'ai été surpris par ce succès ».

Il aurait pu continuer à surfer sur cette vague. Mais cela ne lui ressemble pas. Il a décidé de réfléchir à son avenir d'écrivain et maintenant de scénariste. Car la télévision s'intéresse fortement à ses récits. Un prolongement logique.

De Petris Philippe

Nice-Matin